Cuisine japonaise

La nourriture japonaise ! Tant de choses à dire, par quoi commencer ?!

Avant que je ne vienne au Japon, j’avais pu lire partout que la cuisine japonaise était très équilibrée et je pensais vraiment que les japonais mangeaient très sainement.

Alors, ce qui m’a vraiment le plus manqué ici, ce sont les légumes ! Parfois au dortoir, le repas c’est : du riz, avec du curry dans lequel il y a des patates, et le « side dish » c’est une salade de pâtes à la mayonnaise. Il va falloir m’expliquer ce qu’il y a d’équilibré là dedans. Ensuite, quand on a des légumes, c’est vraiment une toute petite portion, souvent dans la salade on a une seule tomate cerise, et ne parlons pas des haricots verts, c’est dix dans l’assiette. Par contre c’est riz blanc et soupe miso tous les jours à tous les repas. Je n’ai pas réussi à déterminer si c’était bon de consommer du miso tous les jours sachant que c’est quand même très salé. C’est fait à partir de soja, donc de ce côté là, oui c’est un bon aliment.

Et puis les japonais consomment beaucoup d’aliments fris. Les tempura par exemple. Ce sont des légumes ou fruits de mer, mais fris. Et puis ils ont des « croquettes », qui sont des petites galettes de potiron ou patate douce fris. Beaucoup de poulet fris aussi. Ah et aussi, ils consomment la peau du poulet, en brochettes (juste la peau sans la viande) ou dans des espèces de nugets où l’on retrouve la viande et la peau bien molle… Le tout avec une bonne rasade de mayonnaise. Et ensuite Koichiro et Akira nous disent « miaaaam la peau » (ça c’est en option).

Bon après je dois avouer qu’il y avait quand même des légumes, mais des légumes japonais que je ne pouvais pas manger. Comme les racines de lotus, ou des choses indéterminées.

Ce que je redoutais le plus, c’était le soir du plastique. Bon j’exagère, c’était pas du plastique, mais on appelait ça « plastic food » avec Giorgio. Ça n’avait aucun goût, juste une texture caoutchouteuse étrange. Je ne sais pas ce que c’est, et je ne veux plus jamais en manger.

Par contre le natto, ça va. Y’a vraiment ce mythe comme quoi ça pue et que c’est infect, mais c’est juste des haricots. Ça pue un peu, mais une fois dans la bouche ça ne sent plus. Bon après j’ai essayé qu’une fois hein, j’en raffole pas, ça m’a suffit.

Donc j’ai eu beaucoup de mal ici à manger ce que je voulais et correctement. C’est peut être effectivement très équilibré, je ne sais pas, mais je ne pourrais pas manger du riz blanc tous les jours à tous les repas. Et puis il y a énormément de saveurs qui m’ont manqué. Comme le fromage !

En arrivant, c’était très dur de ne pas avoir de yaourt en dessert, parce que j’étais habituée à avoir mon yaourt à tous les repas, j’étais en manque. Maintenant je suis sevrée (j’ai cru comprendre que ce n’était pas bon de consommer du lait de toute façon, à part quand c’est transformé en fromage). 

Je pourrais aussi devenir végétarienne maintenant, parce que je n’ai pas pu vraiment manger de viande ici. Le poulet, je l’ai trouvé vraiment mauvais, et la viande était extrêmement grasse.

Sinon, à part toutes ces choses, j’ai quand même apprécié plusieurs choses.

Déjà, la glace et les desserts au sésame… Marine n’aime pas mais moi j’adore. On n’en a pas souvent au dortoir, mais vraiment quand il y en a c’est un régal. C’est violet avec des points noirs, je sais pas pourquoi. Il y a aussi le dango, une boulette faite à base de mocchi (pâte de riz gluant), je sais pas pourquoi, mais j’adore même si ça n’a pas de goût.

Ensuite, les sushis, c’est bon et pas aussi cher qu’en France ! Mon soir préféré au dortoir est le soir des sushis. Et qui dit sushis, dit wasabi ! En France, le wasabi est vraiment tout doux comparé à celui consommé ici… J’en ai acheté d’ailleurs, avis aux courageux !

Ce que je vais essayer de faire en rentrant, ce sont les okonomiyakis, des espèces d’omelettes japonaises délicieuses, et les yakisoba, des nouilles sautées.

Et puis le pot au feu japonais est vraiment très bon aussi.

Ah, et si vous avez l’occasion d’aller au Japon, essayez le tofu, il se présente sous plein de formes différentes, et c’est vraiment bon ! Il est plus moelleux que celui qu’on trouve dans la soupe miso des restaurants japonais en France, pour cette version là.

Je voulais aussi parler des fruits. Ici, ils sont très chers. On peut trouver des bananes, pamplemousses, oranges, clémentines, kiwis et pommes pas trop chers par contre. Mais un melon par exemple, peut coûter jusqu’à 100€ ! Il n’est donc pas rare de voir des gens demander aux vendeurs de leur faire un paquet cadeau des fruits, pour les offrir.

Pour terminer, je n’ai pas trouvé une grande diversité de plats ici. Où qu’on aille, c’est à peut près tout le temps la même chose. Le pire c’est à la cafétéria de l’université. Je sais pas comment j’aurais fait si j’avais dû passer cinq ans à devoir choisir entre les 20 mêmes plats tous les jours…

Alors voilà, malgré le fait que je me sois régalé avec certains plats, je suis vraiment très contente de retrouver la cuisine française (je sais que c’est pas bien de dire ça…). Je vais pouvoir cuisiner de nouveau en plus !

Publicités
Cette entrée a été publiée dans Diary. Bookmarquez ce permalien.

2 réflexions sur “Cuisine japonaise

  1. J’ai lu tout ça avec attention ! C’était très intéressant…Bienvenue à nouveau en France et bon courage pour la suite !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s